Feu Vert

Retour

     Présentation de l'ensemble    –   4ème Concert    –   Dimanche 06 décembre à 17h00 au Temple  


Le Concert de Noël
En Apothéose
Le Concert Émotion

" Séduction Romantique "

" Que serait-elle la Vie sans l'Amour ?
Et que serait-il l'Amour sans les Sentiments ?
Leur sève nourricière.

Diamant l'un - Lumière l'autre.
Simplement indissociables.

Amour et Sentiments,
clairement unis et intimement liés à la Vie."

(Gianni)


« Hymne à la Vie et à l'Amour »

L'Ensemble Vocal Féminin

« Polhymnia »
Ensemble Polhymnia

Avec la grande harpiste Célia Perrard
et le
« Geneva Brass Quintet »
Geneva Brass Quintett


Direction :
Franck Marcon

Oeuvres de
Johannes Brahms - Franz Schubert - Robert Schumann - Christophe Sturzenegger

Johannes Brahms (1833-1897)
Quatre chants (Opus 17)
Pour chœur féminin à trois voix avec accompagnement de cors et harpe

Es tönt ein voller Harfenklang
« J’entends le son voluptueux d’une harpe vibrant d’amour et de nostalgie. »

Lied von Shakespeare
« Viens à moi mort, enfouis mon corps dans un coffre de cyprès… »

Der Gärtner
« En tout lieu où je porte mes pas et mon regard, je t’adresse mille hommages. »

Gesang aus Fingal
« Pleure sur les rochers au vent hurlant, pleure, jeune fille d’Inistore. »


Franz Schubert (1797-1828)
Psaume XXIII
(D.706)
Pour chœur féminin et harpe
« L’éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. »


Robert Schumann (1810-1856)
Landliches Lied
, opus 29, n°1
« Lorsque les primevères naissent, …le mois de mai. »

Lied, opus 29, n°2
« 
Mon cœur n’est plus, tu es parti si loin. »


Johannes Brahms (1833-1897)
Lieder et romances
, opus 44, pour chœur féminin

Minnelied
« Je chante une joyeuse chanson de troubadour à ma bien aimée. »

Die Müllerin
«…et sous le tilleul de la colline, pleure la meunière. »

Die Nonne
« Elle s’agenouille et regarde la Vierge jusqu’à ce que ses paupières se ferment… »

Und gehst du über den Kirchhof
« 
Si tu vas au cimetière, tu trouveras une nouvelle tombe… »

Entracte

Johannes Brahms (1833-1897)
« O wie selig seid ihr doch, ihr Frommen »
« Es ist ein Ros' entsprungen »
« Mein Jesu, der du mich... »

- Londonderry Air

(traditionnel)
Arrangements pour quintette de cuivre



Robert Schumann (1810-1856)
Lieder et romances, op.114, pour chœur féminin
- Nänie, opus 114, n°1
- Triolett, opus114, n°2
- Spruch, opus114, n°3
-
Romanzen
, opus 69
- Tamburinschlägerin
« Ah, tambourin, si seulement tu savais comme mon cœur est déchiré par la douleur. »

Klosterfräulein
« Je suis une pauvre nonne. J’ai vu le printemps passer, il ne m’a pas apporté de fleurs. »
- Meerfey
(« La fée des mers »)
- Die Kapelle
(« La chapelle »)



Christophe Sturzenegger
Triptyque pour choeur de femmes et quintette de cuivre

- Der Abend
- Neue Liebe
-
Sehnsucht


 Les photos du concert (à venir)
Aperçu musical :
Johannes Brahms
Quatre chants opus 17 -
Es tönt ein voller Harfenklang

Christophe Stürzenegger, cor
Célia Perrard, harpe

Ensemble vocal féminin Polhymnia
Direction Franck Marcon

Ode à l'Amour et à la Vie


*   *   *


Mon bien-aimé est clair et vermeil,
On le distingue entre tous.

Sa tête est d’or, d’un or pur.
Ses boucles, ondulent comme le blé sous la douce caresse de Zéphyr.

Ses yeux sont comme des colombes au bord du ruisseau,
Baignant dans le frais cresson et se reposant, tranquilles.

Ses joues, c'est un parterre d’arômes, des corbeilles de senteurs.
Ses lèvres, sont des lis, un ruissellement de myrrhe.

Ses bras, des torsades d’or, serties de topazes.
Ses mains sont des anneaux d'or, garnis de chrysolithes.

Son ventre, de l’ivoire, couvert de saphirs.
Ses jambes, des colonnes de marbre posées sur des socles d’or pur.

Son aspect est sans rival !

Sa bouche est pur délice.
Tout, en lui, est désirable et plein de charme.

Tel est mon bien-aimé
Soutenez-moi par des gâteaux de raisins,
fortifiez-moi avec des pommes et du miel, car de lui j'ai le mal d’amour
 !



*   *   *


Comme ils sont beaux, tes pieds, dans tes sandales, fille de prince.
Quel charme, tes joues entre tes boucles, ton cou entre les perles.

L
es courbes de tes hanches sont comme des colliers de jade.
Ton sein est une coupe où le vin parfumé m'enivre.

Ton nombril, une source de Vie qui ne tarit pas.
Ton ventre, un monceau de blé dans un enclos de lis.
Tes seins, gracieux comme deux jeunes faons.

Ta tête se dresse, fière d'elle.
Sa parure attise le feu de mon amour.
Je suis pris dans ces tresses.

Ah ! Que tu es belle !
Que tu es douce, amour, en tes caresses.

Ondoyante comme le palmier, tes seins en sont les grappes.
J’ai dit : je monterai au palmier, j’en saisirai les fruits.

Sentirais ton haleine, ce parfum de pomme,
Et ta bouche, ce miel exquis…
Et ta sève, bien-aimée, abreuvant mes lèvres gourmandes.

Que tu es belle, que tu es agréable, de ton charme remplie.
O mon amour, mon jardin de délices!

Telle tu es, ma bien-aimée
Vers toi, seule,
porte mon désir